mercoledì 2 marzo 2016

Culodritto - traduction en français - 1987 - Francesco Guccini

Guccini avec sa première femme Angela et sa fille Teresa

Vu qu'en  début d'année 2016 j'ai commencé à traduire les chansons du chanteur serbe Djordje Balasevic, je voulais attendre le 2017 pour traduire en français les chansons d'un de mes chanteurs italiens préférés, Francesco Guccini.... mais je pense que je commence toute suite!

Sul le site des CCG vous trouverez beaucoup de chansons déjà traduites, donc moi je me lancerai sur la traduction des celles qui restent.

Je commence par une des plus belles chansons dédiées aux enfants, Culodritto. Le titre est le seul môt que j'ai pas pu traduire. Il veut dire comment font les filles quand on les gronde, elles poussent les épaules à l'arrière et serrent leur fesses. Les fesses deviennet alors "droites", donc CULO (fesses) DRITTO (droites).



De l'album: Signora Bovary, 1987

Mostra immagine originale

Le texte en italien vous le trouvez ICI.

Mais qu'est-ce que j'aimerais avoir tes yeux
écarquillés sur le monde comme des papiers buvards
et tes rires spontanés et pleins
presque sans regret ou repentirs
mais qu'est-ce que j'aimerais encore avoir à regarder
encore tout comme les livres à feuilleter
et avoir encore tout ou presque tout à essayer

Culodritto qui t'en vas sûre
en transformant en direct chromosomes corsaires 
de Lombards, de Celtes et Romains
de l'ancienne plaine de montagnards
petite reine de telecommandes
de gnoses absolues
que t'affirmes et demandes
de soupçon et de fé dans le monde curieux
des grands
même si t'auras pas
mes bagarres terreux
de champs, de cours et de rue
et tu sauras pas le goût qu'il a le raisin volé à un rangée
bientôt tu verras
comment c'est facile de se faire un logiciel inutile de science
et tu verras comment c'est confus le problème d'utiliser notre expérience

Culodritto, qu'est-ce que tu veux que je te dise?
seulement que ça coûte toujours de l'énergie
et que vivre c'est toujours difficile
mais c'est une histoire ancienne

Culodritto, donne-moi encore la main
même si le fait de te la serrer est encore un prétexte
pour sentir celle confiance totale qui personne m'a donné ou m'a jamais demandé

envole-toi, envole-toi ou moi j'aimerais voler
vers un monde qu'il faut encore tout faire
et ou il y a tout ou presque tout à rater

Nessun commento:

Posta un commento